Le marché de l’assurance vie en France a engrangé une collecte nette de 2,1 milliards d’euros en août, selon des chiffres provisoires publiés vendredi par la Fédération française de l’assurance (FFA).
Selon ces données, les épargnants semblent avoir fait montre de davantage d’attentisme en août par rapport aux mois précédents.

Les sommes déposées sur ce placement très prisé ont atteint en août un peu plus de 10 milliards d’euros, un montant assez nettement inférieur à celui des mois précédents, montrent ces chiffres souvent sujets à révision.
Mais les sommes retirées par les assurés ont aussi affiché un net ralentissement: environ 8 milliards ont été ponctionnés par les clients sur leur assurance vie en août, contre un peu plus de 11 milliards en juillet ou encore 10 milliards en juin.
D’où une collecte nette robuste in fine, de 2,1 milliards d’euros, après 2,3 milliards en juillet et en juin et 1,8 milliard en mai.
« Le mois d’août réussit en règle générale assez bien à l’assurance vie. En dix ans, seules deux décollectes ont été constatées, en 2011 et 2012, deux mauvaises années pour le premier placement financier français », a réagi dans une note Philippe Crevel, le directeur du Cercle de l’épargne, cabinet de réflexion sur l’épargne et sa réglementation.
Au cours des huit premiers mois de l’année, le montant des sommes collectées par les assureurs s’est ainsi élevé à 97,5 milliards d’euros, contre près de 95 milliards sur la même période en 2018.
Les versements en unités de compte, ces supports plus rémunérateurs car investis sur des placements plus risqués, ont représenté 23 milliards d’euros entre janvier et fin août, soit 24% des cotisations. Les fonds euros fragilisés –
On parle d’unités de compte en opposition aux placements dits en « euros », c’est-à-dire des supports dont le capital est garanti, mais dont le rendement est traditionnellement plus faible en raison d’investissements moins risqués.
Les fonds euros sont majoritairement investis en obligations, notamment des obligations d’État considérées comme sans risque mais qui rapportent de moins en moins voire coûtent de l’argent aux investisseurs.
Dans un environnement de taux de plus en plus bas, les fonds euros n’ont plus les faveurs de certains assureurs, qui peinent à servir la rémunération promise pour ce type de support et incitent les assurés à opter pour les unités de compte.
Toutefois, « malgré la hausse du cours des actions depuis le début de l’année, les ménages restent très averses aux risques et privilégient les fonds euros. Cette situation n’est pas sans lien avec les annonces de certains assureurs concernant une possible limitation d’accès aux fonds euros », souligne M. Crevel.
Au total, la collecte nette s’est établie sur les huit premiers mois de 2019 à 19,4 milliards d’euros, contre 16,5 milliards d’euros sur la même période en 2018.
L’encours des contrats d’assurance vie s’élevait fin août à 1.765 milliards d’euros, en progression de 4% sur un an.

Catégories : Assurance Vie